Les abandons de chiens augmentent et c’est en partie la faute d’Instagram

Il y a les chiens abandonnés lâchement parce que leurs maîtres partent en vacances, ceux que leur famille délaisse quand ils grandissent et ne ressemblent plus à une peluche… Et puis aussi les chiens dont leurs maîtres ne veulent plus parce qu’ils ne sont pas assez beaux pour les réseaux sociaux.

Après l’augmentation des opérations de chirurgie esthétique pour ressembler aux filtres flatteurs d’Instagram, place donc à l’abandon des chiens dont la race n’est pas à la mode ou dont la photogénie ne satisfait pas des maîtres en quête de likes et de commentaires. Une conclusion navrante établie par le site d’adoption canine britannique « Dogsblog » après avoir recueilli des informations auprès de 514 refuges pour animaux.

Les célébrités augmentent la popularité de certaines races de chiens, les bouledogues français par exemple, et créent un plus grand risque d’abandon pour les races qui ne sont pas à la mode. Certains refuges ont vu des propriétaires leur amener un chien parce qu’il jurait avec la décoration de la maison ou bien parce qu’ils voulaient acheter « un modèle plus jeune ».

Parmi les races qui n’ont plus les faveurs des propriétaires, on retrouve notamment les Boxers ou les Bergers Allemands. Et selon Ryan O’Meara, le co-fondateur de Dogsblog, l’âge auquel les chiens sont abandonnés ne fait que confirmer le fait qu’il s’agit d’une question de popularité.

L’âge moyen d’un chien abandonné en refuge est de 2 ans et 2 mois, ce qui étaye nos recherches montrant une corrélation entre la vitesse étourdissante de la popularité en ligne et l’abandon des animaux.

Et il n’y a pas que dans les refuges que la cote de popularité de certaines races a un effet néfaste sur nos amis à quatre pattes.

Des chiens en voie d’extinction

En Inde, par exemple, plusieurs races de chiens sont menacées d’extinction car, vu qu’elles ne sont pas à la mode, personne ne veut d’elles. Un paradoxe cruel, puisqu’alors même que l’Inde peut s’enorgueillir d’avoir plusieurs races sublimes originaires du pays et que les Indiens n’ont jamais adopté plus de chiens que ces dernières années, ils ont tendance à préférer des races occidentales telles que le Labrador ou le Dalmatien et à laisser mourir les Luts, des chiens au sublime pelage bleuté, ou encore les Rajapalayams, des chiens vifs au poil ras et blanc. Selon le naturaliste Theodore Baskaran, la moitié des races de chien originaires d’Inde auraient disparu, et il ne resterait aujourd’hui plus qu’une vingtaine de races indigènes dans le pays.

Et à l’inverse, un engouement soudain pour une race de chien en particulier peut également être dangereux pour celle-ci. Ainsi que l’a expliqué Jean-François Courreau, professeur de génétique vétérinaire, à 20Minutes, « quand il y a une mode pour une race, certains éleveurs sont moins rigoureux sur la sélection des géniteurs parce qu’il faut produire beaucoup d’animaux ». Rien qu’en France, le nombre de bouledogues anglais a plus que doublé entre 2005 et 2015 tandis que les carlins ont vu leur population augmenter de 70%.

Certaines races de chiens ont développé des tares génétiques à force d’être reproduites à outrance et d’être sélectionnées sur des critères physiques. C’est notamment le cas des bouledogues, qui ont aujourd’hui le crâne trop large pour naître autrement que par césarienne et dont la morphologie assure qu’ils devront être assistés médicalement toute leur vie.

Pour Thierry Bedossa, le président de l’Alliance Française Canine, on pourrait diminuer ces anomalies génétiques en une dizaine d’années seulement en tenant compte du dossier médical des chiens reproducteurs. Et en arrêtant de vouloir à tout prix une race parce qu’elle est à la mode, poussant ainsi à la reproduction excessive. Une tendance qui ne montre malheureusement pas de risques de s’inverser. Mais heureusement, artistes et amis des animaux s’allient pour rendre leurs lettres de noblesse aux races délaissées.

Montrer les crocs aux clichés

C’est notamment le cas de la photographe américaine Sophie Gamand qui par le biais de sa série Flower Power a tenu à montrer un visage différent des pitbulls.

Ces dernières années, les pitbulls ont été diabolisés par la société et dépeints comme des molosses dangereux. Cette représentation injuste a eu des conséquences tragiques pour un nombre incalculable de pitbulls qui sont exposés à la violence et à la mort dans les refuges. Aux Etats-Unis, des centaines de milliers de pitbulls sont euthanasiés chaque année, et je trouvais ça très important de les montrer sous un angle différent.

Soit en réalisant des portraits enchanteurs des « molosses », coiffés de couronnes de fleurs et souriant d’un air espiègle pour la caméra. Des clichés pensés pour « célébrer la vie et la dignité de ces créatures attendrissantes qui sont à la merci de la cruauté humaine ». Un pari plus que réussi.

Tout comme celui du photographe Fred Levy, qui a lancé le Black Dogs Project pour montrer la beauté des chiens noirs, souvent négligés au moment de l’adoption, tant à cause de stéréotypes qui voudraient qu’ils soient plus dangereux que parce qu’ils sont soit-disant moins beaux et photogéniques que leurs congénères au pelage plus clair.

« Je voulais rappeler aux gens que les chiens noirs ont des personnalités sublimes aussi et qu’ils sont tout aussi beaux que les autres ». Et qui sait, lancer une nouvelle mode: adopter un chien pour son caractère plutôt que parce qu’il est de la race à la mode du moment. Les modes passent, mais les chiens, eux, peuvent vivre jusqu’à 20 ans alors on réfléchit avant.

Source: Flair.be
Advertisements

Réagissez, postez votre commentaire

Please log in using one of these methods to post your comment:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.